Jacques Brel, années 50 - commentaires