Hurler la lune noircnoir, les archives...

noirCnoir 241
vendredi 4 avril 2003

Hurler la lune
Marc Behm / Paco Ignacio Tabo II
Rivages/ noir 457

Marc Behm et Paco Ignacio Tabo II sont dans un bateau. Marc Behm se jette l’eau. Que se passe-t-il, chres auditrices et chers auditeurs ? C’est simple, Paco Ignacio Tabo II se jette aussi l’eau. Pas un pour racheter l’autre, ils n’ont peur de rien. Ils n’ont peur de rien et a donne des romans iconoclastes, "anarchistes" dit l’diteur, moi je prfre iconoclastes. Bien installs dans le polar et aux ditions Rivages, ces deux auteurs prennent effectivement leurs aises avec un genre qui s’enlise parfois dans la dmonstration sociologisante. Bref, Behm et Tabo II, c’est du Roman, avec un R majuscule. Voir ces deux auteurs dans le mme bateau, la couverture d’un Rivages/noir, les voir donc se jeter ensemble dans l’immensit de la production romanesque suscite forcment, pour l’amateur, un choc. Deux fois deux mains singulo-dlirantes devraient donner un quatre main explosivo-dcapant. J’entend dj les sceptiques dire, deux fois deux ne fait pas obligatoirement quatre. J’entend. Et je les rassure. "Hurler la lune", Rivages/noir n457 n’est pas un quatre mains. Explication de l’diteur : "Ayant appris que Marc Behm, qu’il adore et dont il a publi une partie de l’ ?uvre en Espagne, avait crit plusieurs nouvelles, mais pas suffisamment pour constituer un recueil, Paco Ignacio Tabo II s’est offert avec enthousiasme pour complter le dit recueil. Ce que Marc Behm a volontiers accept."

Si Behm et/ou Tabo II crivaient la composition d’un yaourt, j’en connais, je suis trs bien plac pour le savoir, qui se prcipiterait chez leur crmier. Recueil de 19 nouvelles, les 13 premires de Behm et les 6 autres de Tabo, "Hurler la lune" n’en est pas moins un bouquin, j’en connais donc qui se sont ou qui vont se prcipiter chez leur libraire. Reste nanmoins pose la question de la nouvelle. Paco Ignacio Tabo II met d’ailleurs les pieds dans le plat. "Mariachis morts avec le sourire" est l’histoire d’un crivain en panne d’inspiration, je cite : "Cela faisait une semaine que je tournais autour de cette histoire sans parvenir l’installer sur l’cran de l’ordinateur. Un sentiment d’chec qui ne datait pas d’hier ; les rcits courts n’taient pas mon truc, j’avais besoin de beaucoup de pages, d’un terrain vaste pour y drouler une atmosphre, cinq cents mtres de papier en continu. Mon truc, c’tait le roman, court ventuellement, gros si possible, avec des trames et des sous-trames ?". La nouvelle peut donc poser problme l’crivain. Elle peut aussi poser problme au lecteur. Certains n’y trouveront pas leur compte. Ne me faite pourtant pas dire ce que je n’ai pas dit. Le premier texte du recueil, "Le tueur dans le couloir" de Marc Behm devrait vous ter tout regret par rapport l’investissement effectu. Vous avez l trois pages qui valent elles seules les 7 euro 35 du bouquin. Le fan de Behm retrouvera un peu plus loin, avec une certaine motion, l’innarrable Lucy. Dans "La planque", elle vient mettre un terme aux agissements d’un vieux grigou de 131 ans conformment au contrat sign quelques annes plus tt. Le mme fan regrettera sans doute de ne pas avoir eu se mettre sous la dent, depuis un bon moment, un roman de Behm. Le dernier en date remonte 1997.

"Hurler la lune" de Marc Behm et Paco Ignacio Tabo II, Rivages/noir 457. Esprons que Behm ne soit pas l’crivain bloqu de Tabo II. Bonne lecture toutes et tous avec mes salutations les plus noires.

articles liés ou les derniers articles disponibles

Poster un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom