Appel aux dons à RADIO PFM - Association MEDIA
(Mouvement d’Expression pour le Développement des Initiatives Audiovisuelles)

plus d’infos et plateforme sécurisée de dons en ligne en suivant ce lien

Fay de Larry Brown noircnoir, les archives...

noirCnoir 233
vendredi 31 janvier 2003

Fay
Larry Brown
Gallimard La Noire

Il y a des mecs qui sont dous. Des nanas aussi, j’en suis convaincu. Mais la personne dont il est question aujourd’hui appartient au premier groupe. Larry Brown est assurment un mec dou pour crire des histoires. Fay , le 5me livre de cet auteur amricain que publie les ditions Gallimard dans la collection La Noire, confirme cette disposition. Est-ce le fruit du hasard ou le fruit d’un travail acharn ? Je n’en ai aucune ide, peut-tre les deux. Toujours est-il que lorsque que Larry Brown prend la plume ou se met taper sur son clavier d’ordinateur, je ne connais pas ses habitudes, il n’crit pas pour crire, il crit pour raconter. Une des qualits trs apprciables de certains crivains est qu’ils arrivent permettre leurs lecteurs d’oublier leur travail d’criture. Dans la foule de prestigieux prdcesseurs, je citerai par exemple Raymond Carver ou Richard Brautigan, Larry Brown matrise parfaitement cet exercice littraire de haut vol. Ce ne sont pas des effets de style ou quelques jolies phrases qui rythment le dernier roman de Brown, ce sont les activits quotidiennes de ses personnages et le regard qu’ils portent sur la vie. Des personnages que le lecteur peut alors accompagner sans retenue.

A dix sept ans, Fay a dcid de quitter sa famille. Une mre dpasse par les vnements, des frres et surs qui vivotent au gr des points de chute d’un pre, ouvrier agricole itinrant qui ne crache pas sur la bouteille au point d’en confondre parfois sa femme et ses filles. Elle fait du stop sur une route du Mississipi. Son objectif, le sud et la vie. Elle va trouver le premier et apprendre la seconde. Aprs une premire rencontre qui aurait pu lui tre des plus dsagrables, c’est qu’une jolie jeune fille plutt dsempare n’est pas forcment prise en stop pour ce qu’elle croit, la providence la met sur le chemin de Sam, un policier de la route. Pourquoi dcide-t-il de l’amener chez lui, de lui prsenter Amy, sa femme et finalement de se substituer au pre qui lui a fait dfaut ? Les alas de la vie videmment. Ces mmes alas transformeront Sam en amant et Fay en meurtrire. Nouvelle fuite, nouveau la route qui dbouche cette fois sur une bote de strep tease. Une nouvelle rencontre, Aaron, patron pourtant blas de cette bote, qui tombe sous le charme de Fay. Une nouvelle vie, qui n’ira pas non plus terme. Larry Brown laisse, au final, ses lecteurs le soin d’imaginer le devenir de Fay. Il ne s’est pas pour autant priv, avec ce personnage candide, d’examiner, d’observer ses semblables. Examiner, observer, mais pas juger, voil presque du travail d’ethnologue. Les poissons chats, les pick up, les glacires pleines de bires, les hamburgers, les botes sexe, la chaleur, les petits djeuners copieux, la route, les drive-in, le fric et puis ces drles de bestioles deux pattes qui dambulent la dedans, en jean santiag pour les uns et mini-jupe sandale talon pour les autres. C’est lorsqu’elle essaye de se trouver manger, lorsqu’elle cherche des cigarettes, lorsqu’elle cherche du boulot que Fay se confronte la vie, et c’est lorsqu’elle ne cherche rien qu’elle la comprend.

Fay de Larry Brown aux ditions Gallimard La Noire, le roman d’un quotidien sans surprise travers par une apparition pleine de puret et d’idal mais aussi pleine de vie. Et l o il y a de la vie, il y a de l’espoir Bonne lecture toutes et tous avec mes salutations les plus noires.

articles liés ou les derniers articles disponibles

Poster un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom