Appel aux dons à RADIO PFM - Association MEDIA
(Mouvement d’Expression pour le Développement des Initiatives Audiovisuelles)

plus d’infos et plateforme sécurisée de dons en ligne en suivant ce lien

TUMULTES 2/10/07 :Xavier, chroniqueur à coeur -/- Tumulte musical TUMULTES

Pour écouter l’émission, on peut cliquer sur "play", ici

Le texte de la chronique présentée par Xavier :

"Tumultes 02/010/07 – Mon beau cancer

Cher M. Tumultini, me voici donc de retour dans votre célèbre émission après trois long mois d’interruption. Au risque de vous fâcher, je tiens à signaler à nos auditeurs orphelins que j’étais pour ma part tout à fait disposé à reprendre du service dès le début du mois de septembre, mais que vous avez honteusement opposé un paresseux refus à cette requête en arguant que « fallait pas déconner, on pouvait attendre la deuxième semaine de rentrée avant de reprendre les Tumultes en direct ». Je laisserai donc les auditeurs juges de votre attitude pour le moins nonchalante face au travail, valeur pourtant très à la mode.
Pourtant, M. Tumultini, comme la plupart des français, vous avez eu des congés d’été. Une longue, très longue, trop longue période de farniente qui vous a permis de reconstituer votre force productive et d’appréhender la rentrée reposé, bronzé et musclé. Bref, avec une pêche d’enfer. J’ai moi même, de mon coté, profité de cette période pour me reposer et faire un peu de tourisme, mais un constat a bien failli gâcher mes vacances. Vous n’êtes en effet pas sans ignorer que je suis plein de vilains défauts dont un des pires est d’être fumeur. Et oui, je ne m’en vante pas, mais j’apprécie toujours m’en griller quelques unes, comme aimaient à le faire en leur temps Humphrey Bogart, Jacques Prévert ou Lucky Luke (avant que ce dernier ne se voient graphiquement castré de son attribut nicotinique par un Uderzo devenu sottement hygiéniste). Or, j’ai pu constater en me rendant chez nos voisins ibères que les lois anti tabac ne concernaient pas que la France mais qu’elles étaient bien la marque une volonté que l’on dirait universelle de limiter les espaces autorisés aux fumeurs. Il devient difficile de s’adonner à son vice dans les cafés et restaurants, ce que je comprend tout à fait puisqu’il s’agit d’espaces fermés, mais également dans de nombreux périmètres parfaitement aérés dont les vilains fumeurs doivent sortir pour mégoter. J’ai cru remarquer que les croquants vous regardaient d’un sale œil quand vous aviez le malheur d’allumer une cigarette sur un quai de gare, dans un jardin public ou dans l’enceinte extérieure d’une administration et ce même si votre fumée ne pouvait pas les atteindre.
Je sais, M. Tumultini, fumer, c’est mal. C’est très mauvais pour la santé. Le tabac est un poison dealé par des multinationales sans scrupules qui font du pognon sur la santé de leurs clients, dont certains finissent par en mourir. Mais je suis quelque peu exaspéré par l’acharnement des autorités publiques à culpabiliser une frange de la population alors qu’elles passent sous silence bien d’autres problèmes de santé publique bien aussi graves. Quelques exemples : Il suffit désormais d’habiter dans une grande ville et d’ouvrir un quotidien pour connaître l’indice de qualité de l’air. Vous me direz, c’est une très noble intention. Le problème est que cette rubrique est dans la plupart des cas située à côté de la météo, comme si la pollution était un phénomène naturel, comme si le beau temps était responsable des problèmes respiratoires des personnes les plus fragiles. Il n’en est rien évidemment et je suggère aux rédacteurs en chef des grands quotidien d’ajouter à ces rubriques des informations sur le taux d’acidité ou la teneur en pesticides de la pluie, la radioactivité de l’eau et des produits alimentaires dans les zones à risques. En matière de santé publique et dans une période où l’on nous rabat les oreilles avec les dépenses de santé, il serait également judicieux de faire un peu plus de publicité à l’explosion des maladies professionnelles ou au tabou des accidents du travail. Sans oublier bien sûr les pollution alimentaires, qui selon le professeur Belpomme, missionné par notre ancien président pour un plan cancer vite jeté aux oubliettes, seraient à l’origine de 40% des cas de cette même maladie.
Je lance donc avec Brigitte Fontaine, dont une chanson va suivre, un appel à nos dirigeants et aux médias qui relaient leurs discours avec tant d’empressement : laissez donc les fumeurs un peu plus tranquilles, et occupez vous plutôt de la santé de nos libertés individuelles dont celles de pouvoir travailler, manger et respirer sans que cela nous rende toujours plus malades.
Brigitte fontaine - Mon beau cancer"

ici

Documents joints

articles liés ou les derniers articles disponibles

Poster un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom